Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 19:24
Fèves 1La galette des rois nous l'avait annoncée, comme un rappel des beaux jours à venir malgré la morsure de l'hiver.

Brune, dure, perdue au milieu de la pâte et des fruits confits, souvenirs du temps passé, elle précédait les couronnés de saison, quand elle n'était pas remplacée par des santons.

L'heure de la revanche a sonné.
Les rois mages sont déjà loin, mais elle est restée.
Dans son habit de velour qu'elle revêt aux beaux jours.
Pudique, secrète, elle cache sa verdeur nouvelle et inhabituelle aux regards encore gourds des mangeurs de frangipane.
Pressée contre ses consoeurs, emmitouflée dans son élégant fuseau, elle montre timidement le bout de son nez sur les étals des marchés lorsque le givre se fait moins mordant et que l'hirondelle reparaît.

Au coeur de longues gousses un peu grossières, un peu rustiques, elle nécessite, après les travaux de la terre, un ultime effort pour se dévoiler : une sorte de déshabillage en règle. Sensuel ou brutal, du bout des doigts ou à pleines mains, ce moment précédant la révélation rappelle certains matins de Noël : le paquet est là, beau, connu, attirant, mais on n'est jamais tout à fait sûr d'apprécier ce qu'il contient.
Fèves 2
Le bout de l'ongle se teinte de vert clair, une forte odeur végétale envahit l'air, et le velouté aussi doux qu'hérissant laisse place, alors, à la lisse douceur de la peau brillante.
Elle s'offre enfin à notre regard, au délicat toucher de la pulpe de notre pouce, à la caresse de nos quatre sens éveillés qui invitent le cinquième au festin.
Sa silhouette presque anthropomorphe ou organique évoque un corps qui s'arrondit ou un des indispensables mais méconnus éléments de notre système digestif.

A la fois origine et fin de tout, la fève est à présent disposée à nous inonder de sa saveur douce et amère à la fois, mariage contre nature d'arômes ennemis.
Ne reste plus qu'à la détacher de son habit-prison, de son carcan-écrin où elle a crû au fil des semaines, à l'abri des regards.
Attendant la dernière seconde pour s'épanouir en formes, couleurs, odeurs, saveurs abouties.

Elégante dame, elle a la rusticité forte des âmes bien trempées, et le fondant presque sucré des demoiselles à ombrelles. A mi-chemin entre l'hiver qui n'en finit pas de ne pas finir et le printemps qui se fait désirer, entre nos racines sauvages et notre éducation sophistiquée, elle est la synthèse de nos vies millénaires.

Rendons-lui hommage et justice en lui laissant sur nos tables la place qu'elle mérite, et qu'elle n'occupera qu'avec sa légendaire discrétion, pour quelques semaines seulement.

Ensuite, malheureusement, il nous faudra attendre de longs, très longs mois.
Suffisamment pour s'impatienter et que le désir renaisse, intact.
Prêts de nouveau à la croquer.

Champi dans le pré.

Partager cet article

Repost 0

commentaires