Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 23:34

Le samouraï bambou - CouvertureLa première fois que Kan rencontra Sôichirô Senô, on peut dire qu'il eut la peur de sa vie.

Levé en pleine nuit pour satisfaire des besoins naturels, il se retrouva, au détour d'une ruelle, face à ce presque démon... dont les traits étaient en fait, sans nul doute, déformés par la pâleur lunaire...

 

Bien vite, toutefois, le samouraï apprivoisa le garçon, et vice-versa, au point qu'ils en devinrent presque inséparables (Kan désertant même parfois les tatamis de "l'école", et sentant une inquiétude teintée de jalousie poindre lors des absences trop prolongées de Sôichirô).

 

Mais comment ne pas être attiré, intrigué, par ce guerrier tantôt silencieux, tantôt fredonnant, qui arpente les rues du quartier sans but apparent, mais en distillant, l'air de rien, les sages enseignements de son père ?

 

Comment ne pas être fasciné par un homme capable, d'un regard, d'en mettre plusieurs en fuite ? Capable de tenir tête à un seigneur capricieux ?

 

Comment un petit garçon pourrait-il résister à cette aura qui interpelle même les plus puissants ?

 

Et surtout, quel secret se cache derrière le mystère qui flotte dans les pas du Samouraï Bambou ?

 

Jonglant avec les mythes, les poèmes et l'histoire, Issei EIFUKU semble composer pour nous une toile pointilliste : les petites touches se succèdent, se superposent, se cachent, se dévoilent, pour peu à peu dessiner bien plus que l'histoire d'un homme : celle d'un monde. Un monde à la croisée des rêves et des événements bien réels.

En présentant ce mystérieux personnage à travers les yeux d'un enfant, il ne rend que plus évident les flottements, les glissements entre les réalités et les époques.

 

Taiyou MATSUMOTO (dont je vous ai parlé il y a peu !) s'en donne à coeur joie, car le matériau scénaristique est dense et se prête parfaitement à son expressionnisme sauvage : visages déformés, corps presque découpés, les cases s'enchaînent parfois comme des collages surréalistes desquels on ne peut s'extraire, et qui font jaillir une réalité bien plus charnelle et consistante que bien des photos.

Le dessinateur sait changer chaque détail anodin en un monde inquiétant, intrigant, sait moduler son style pour dérouter, et sait surtout faire naître les silences de ses traits foisonnants.

Il se plaît également à émailler ses dessins de minuscules onomatopées que les traducteurs ont eu la bonne idée de laisser telles quelles - les accompagnant en case ou hors case de leur traduction - pour ne rien perdre du plaisir graphique de les contempler.

 

Comme une histoire du Japon, et une histoire du graphisme japonais, a lui tout seul, Le Samouraï Bambou est un voyage permanent, au coeur d'un kaléidoscope inouï duquel il est bien difficile de s'échapper. Mais il est des pièges desquels on ne veut parfois pas se défaire...

 

Champimages du bout du monde, du bout du temps.

 

Le samouraï bambou - Extrait

Partager cet article
Repost0

commentaires