Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:09
Le chien qui louche

"Pourquoi tu me regardes comme ça ?

_ Elle est là...

_ "Qui" est là ?

_ Cette ride verticale. Je l'ai déjà remarquée. C'est un signe. Tu es tendu."

Bien qu'il le dénie, il en a des raisons d'être tendu, Fabien : c'est la première fois que Mathilde lui présente sa famille. Son père et ses deux frères. Deux générations de Bénion.

"Je t'ai prévenu. Ils sont...

_ Un peu bizarres, je sais. Je te promets de ne pas les contrarier."

Un peu rugueux, un peu lourdauds, pas foncièrement méchants, les Bénion père et fils voient surtout le monde à travers le filtre de leur notoriété locale et de leur petite fortune acquise dans la vente de meubles.

Un peu susceptibles sur les bords, ils ne voudraient pas se faire moucher par un Parigot de passage, surtout qu'il est en train de leur piquer la seule fille de la famille (la mère est morte huit ans plus tôt).

D'ailleurs, il fait quoi dans la vie, le Parisien ?

"Je suis agent d'accueil et de surveillance au musée du Louvre.

[...]

_ Il doit falloir une volonté d'acier pour pas s'endormir !"

Qu'il est lourd, parfois, le choc des cultures...

Mais passée l'hilarité, Joseph, un des frangins, voit le plafonnier de son grenier s'éclairer :

"On avait fait du tri dans la maison familiale. Et on était tombés sur cette malle... Elle appartient au grand-père de notre grand-père. Il s'appelait Gustave Bénion. Il est né en 1820, je crois. Il écrivait, sans jamais avoir été publié, à notre connaissance. On a trouvé ces textes. Gustave peignait, aussi. Il en parle dans ses écrits. Mais, dans cette malle, on n'a trouvé qu'une toile."

Et voilà comment Le chien qui louche, peint en 1843, entre dans la vie de Fabien. Première étape avant, pourquoi pas, son entrée en Louvre. Les Bénion aimeraient bien. Ils n'ont peur de rien.

Elle n'est pas près de quitter le front de Fabien, cette petite ride qui se creuse chaque jour un peu plus face à une idée aussi saugrenue. Surtout que la belle famille n'a pas l'air de vouloir lâcher le morceau.

Heureusement que l'un des habitués du Louvre, Monsieur Balouchi, tend une oreille intriguée à toute cette histoire, et décide d'en faire une affaire personnelle...

Belle brochette de personnages en perspective. Et pour cause : Etienne DAVODEAU aime les gens et leurs relations, qui sont au coeur de tous ses ouvrages. Quand le plus célèbre musée du monde et les éditions Futuropolis lui ont proposé de rejoindre l'aventure éditoriale du Louvre en bande dessinée, il ne pouvait abandonner son principal moteur narratif.

Pourtant, comme la plupart des auteurs conviés à cet exercice de style, DAVODEAU s'est prêté au jeu de l'immersion au milieu du flot des oeuvres et des visiteurs et en a retiré des observations précises, poétiques, insolites et touchantes, nous livrant ainsi son regard singulier et profondément humain. Difficile, pour le restituer, de choisir un meilleur vecteur qu'un agent de surveillance, d'ailleurs.

"Je sais ce que vous pensez, mon cher Fabien.

_ Bonjour Monsieur Balouchi.

_ Vous êtes dans la tête de la "Victoire de Samothrace". Vous êtes en train de vous dire qu'elle aimerait sans doute, de temps en temps, qu'on lui foute un peu la paix.

_ Eh bé... En entrant dans les pensées d'un agent de surveillance, vous pensez accéder à celles d'une statue, décapitée qui plus est. Vous êtes un sorcier, monsieur Balouchi.

_ Je n'ai pas raison ?

_Mmh... ? Presque. Elle est au Louvre depuis quoi ? Cent cinquante ans ?

_ Depuis le 11 mai 1864 exactement.

_ Voilà. Depuis des décennies, elle subit cet assaut photographique permanent...

_ Et donc ?

_ Et donc, du gros machin à soufflet à la dernière tablette numérique, elle a tout vu passer. Elle doit en connaître un rayon dans le domaine photographique. Voilà ce que je me disais."

Les nombreux échanges entre les personnages (entre Fabien et Mathilde, entre Fabien et les Bénion, entre Fabien et Monsieur Balouchi, entre Fabien et les hordes de touristes lui demandant où trouver la Joconde...) alternent donc avec des errances silencieuses dans les salles du Louvre. Les sculptures y ont la part belle et font écho aux gestes, postures et visages des différents protagonistes.

Bien que traitées dans le style assez lâché de DAVODEAU, les oeuvres conservent leur force, leur douceur, leur aura. Chaque image ne manque pas de nous donner envie de retourner vibrer face aux originaux.

"On dirait un dessin de BD.

_ N'exagérons rien. Mais c'est vrai que c'est assez maladroit."

Au temps pour les détracteurs du genre.

Le trait, parfois maladroit, parfois approximatif, sert avant tout un récit vivant et bien mené qui apporte à l'édifice éditorial une nouvelle pierre : au-delà des oeuvres et des gens (et des gens qui regardent des oeuvres qui regardent des gens), Le chien qui louche pose la primordiale question de la légitimité d'une création à intégrer les collections d'un musée.

Question à laquelle la chef du service des Acquisitions du musée tente de répondre en épilogue. Preuve, s'il en fallait, de la pertinence de cette collection de BD en immersion.

Quel plaisir de me replonger dans ce titre découvert en Raging Bulles ! Il fait partie, avec ceux de PRUDHOMME, DE CRECY et MATHIEU, de mes préférés. Le voilà à l'honneur d'un mois de juin consacré aux auteurs du Louvre, sur K.BD. L'occasion de belles visites par procuration en attendant une prochaine virée parisienne.

Champimages d'art.

Le chien qui louche
Le chien qui louche

Partager cet article

Repost 0

commentaires