Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 16:47

Le roi Léo T1 - CouvertureJe vous ai déjà à plusieurs reprises parlé par ici d'Osamu TEZUKA, dieu du manga et des mangaka, grand rénovateur et révolutionneur du genre à partir des années 40.

 

Les éditions Kaze ont décidé de rééditer l'an dernier l'une des oeuvres phares du maître : Janguru Taitei, le roi Léo.

 

Dans la jungle africaine, Pandja, le grand lion blanc, fait régner la terreur parmi les tribus et les chasseurs occidentaux : farouche défenseur de la nature et de tous les animaux qui la peuplent, il lutte sans merci contre ces hommes qui n'ont de cesse de capturer ou chasser ses congénères.

Rapide, malin, il n'est mis à bas que par la traîtrise et la ruse de certains de ses adversaires.

Sa femelle, encagée, est envoyée à Londres. Mais elle porte en son sein le futur Léo, qui a hérité du courage et de l'intelligence de son père, et que le destin ramènera sur la terre de ses ancêtres...

Ajoutez à cela une expédition partant à la recherche de pierres rares et précieuses, et un rival qui ne voit pas d'un bon oeil le retour du fils blanc en terre africaine, et le tableau est complet : la grande aventure peut commencer.

 

A partir de cette histoire d'héritage et de vengeance, Osamu TEZUKA, fidèle à lui-même, a développé un récit de longue haleine, porteur de profondes valeurs humanistes et naturalistes. Bien sûr, le discours est parfois un peu manichéen - les gentils animaux contre les méchants humains, les gentils scientifiques contre les méchants chasseurs - mais TEZUKA sait aussi se moquer de tous ses personnages, y compris de son héros, qui sait se montrer tour à tour trop prétentieux ou trop peureux - mais il faut bien reconnaître qu'il est encore bien jeune.

 

60 ans après, l'oeuvre est restée fidèle au génie et aux travers de son auteur, ce qui peut ne pas être du goût de tous.

Le dessin, très dynamique, est souvent caricatural, permettant de tracer en quelques traits les caractères des principaux protagonistes : les méchants ont des têtes de méchants - qui semblent tout droit sortis de dessins animés de Tex Avery ! - et les gentils des têtes ... de gentils (même s'ils peuvent avoir mauvais caractère !).

L'histoire avance par petits bonds incessants, péripéties sans fin - on sent le rythme feuilletonnesque derrière chaque page - qui peuvent lasser le lecteur actuel.

Le scénario alterne moments de grande intensité dramatique et pauses humoristiques parfois incongrues : scène cocasse au milieu d'un incendie, dialogue surprenant alors que tout semble perdu ("Hé ! Hé ! Il est trognon ! Et tout blanc avec ça ! _ Faut bien, c'est un manga en noir et blanc ! On pouvait pas lui mettre de couleur de toute façon !").

En véritable amoureux de la nature - n'oublions pas qu'il a une formation universitaire scientifique - TEZUKA sait décrire parfois avec minutie la faune et la flore de cette Afrique sauvage.

 

A ceux qui pourraient s'inquiéter de la manière caricaturale dont le mangaka représente et fait parler les Africains, la préface rappelle que "le contexte social a beaucoup évolué depuis l'époque où ce manga a été réalisé, et certaines expressions, qui était parfaitement acceptables à l'époque, peuvent sembler étranges de nos jours."

Une manière de désamorcer toute éventuelle polémique "à la Tintin au Congo".

 

Il semblerait que cette réédition ait pour but d'enrichir la collection "KIDS" que Kazé a créée pour sensibiliser les plus jeunes aux manga, et aux manga patrimoniaux.

Soit.

En effet, le format est plus grand, et les onomatopées ont été revues à plus grande échelle que dans la première traduction.

Mais pourquoi avoir conservé le parti-pris d'une transposition du sens de lecture ? Car non seulement tous les personnages deviennent gauchers - c'est ce qui arrive quand on imprime les pages "en miroir" ! - mais surtout cela semble supposer qu'un enfant ne serait pas capable de passer d'un sens de lecture occidental à un sens de lecture oriental... Alors qu'il semblerait plutôt que ce soient les adultes, sclérosés par des années de pratique de la lecture de la gauche vers la droite, qui aient le plus de difficultés à prendre le contre-pied de leurs habitudes !

Le choix du Roi Léo pour une telle collectiion n'est, de plus, pas forcément le plus pertinent, car l'histoire se montre parfois violente, et met en scène des personnalités et des enjeux complexes. Un Doraemon aurait été peut-être plus adapté !

 

Par ailleurs, il est intéressant de voir ce Roi Léo comme un rappel de l'antériorité de l'oeuvre de TEZUKA sur l'adaptation non réconnue comme telle qu'en firent les studios Disney en 1994. Rendons à César...

 

Au final, malgré certains de ses travers narratifs et graphiques, le Roi Léo reste une bande dessinée encore très moderne, preuve du génie avant-gardiste dont son auteur sut faire preuve. Un véritable vent épique souffle sur cette histoire riche, dense, dynamique, mouvementée, ponctuée de salutaires touches d'humour, qui met au premier plan la complexité de la vie, des personnages, de leurs motivations et de leurs actes. Agissant parfois de manière très humaine, le jeune Léo pourrait bien constituer un équilibre entre nature et humanité auquel TEZUKA était peut-être très attaché.

 

Un héros attachant, donc.

 

Champimages du patrimoine

 

Le roi Léo T1 - Extrait

Partager cet article
Repost0

commentaires