Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 19:48

La librairie Contrebandes reçoit lundi 13 mars (donc demain !) à partir de 18h trois auteurs de talent : Zeina ABIRACHED, David PRUDHOMME et Pascal RABATE.

Ce serait dommage de les manquer !

 

Trio gagnant à Contrebandes lundi 13 mars 2017
Repost 0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 09:22

Ceux qui visitent cette Tanière depuis quelques années (et qui trouvent donc sans aucun doute que le rythme de parution des articles y a considérablement ralenti !!) savent combien je suis fan des travaux de Tony SANDOVAL : vous avez déjà pu apprécier les pages du Xinophixerox, du Cadavre et le Sofa, de Nocturno par ici.

Rendez-vous à Phoenix, découvert l'été dernier lors du Festival BD de Solliès-Ville, nous emmène sur des voies rarement explorées, ou en tout cas rarement dévoilées, par l'auteur mexicain.

"Ça me saoule de me sentir comme un délinquant."

Ce n'est ni un des monstres dont SANDOVAL a le secret ni un enfant étrange ou un ado à la silhouette diaphane qui râle de la sorte en se réveillant au milieu du désert sur un fauteuil tout défoncé. Cette haute silhouette aux cheveux longs noués, c'est Tony lui-même qui, pour la première fois (ou presque) se met en scène.

"Nous étions faits l'un pour l'autre. Il fallait que je la rejoigne."

Mais comment ? Lui au Mexique, elle à Portland, Etats-Unis... Et lui ne réussissant pas à obtenir de visa : "Avec un salaire local et la dévaluation du peso en 1994, je ne devais pas être dans les normes économiques suffisantes pour être solvable."

Pas d'argent, pas de visa ; pas de visa, pas de voyage ; pas de voyage, pas de retrouvailles avec Suzanne.

Il faut donc trouver une autre solution...

"Fiston, tu mets le doigt dans un engrenage qui ne va pas te rendre la vie facile..."

Passer la frontière clandestinement.

Les espaces et les époques changent, les problèmes et les solutions extrêmes demeurent : jusqu'où peut-on aller pour atteindre un ailleurs meilleur ?

Commence alors une longue série de tentatives : de jour, de nuit, à pieds, en voiture... La tension monte à chaque fois qu'une patrouille de police aux frontières approche, les échecs sont nombreux...

Le désert se révèle hostile de jour comme de nuit, à cause de la morsure du soleil ou de celle des détrousseurs.

Tony réussira-t-il a rejoindre Suzanne à Phoenix, de l'autre côté de la frontière ? "Un plan naïf [...] jusqu'à une nouvelle vie."

 

Dans Rendez-vous à Phoenix, Tony SANDOVAL a adopté un style moins tourmenté que dans la plupart de ses ouvrages précédents, sans doute par manque de tentacules et autres monstres d'outre-plan. L'histoire ne reste pas moins entachée d'une autre forme d'horreur : celle de la distance, l'absence, le manque, puis celle plus physique de l'attente, la traque, l'angoisse...

Les couleurs à l'aquarelle nous plongent dans cet univers flottant auquel l'auteur nous a habitués, nimbant d'une inquiétante étrangeté la plupart des scènes. De quoi leur conférer un caractère presque fantastique tant tout cela nous semble irréel ! Alors que l'actualité, aux quatre coins du globe, nous en rappelle la triste réalité chaque jour.

 

Même si le récit ne bascule jamais dans le drame ou l'horreur (qui sait si SANDOVAL a eu de la change ou s'il édulcore ce qui lui est réellement arrivé), le fait de le connaître et de l'avoir toujours vu jovial et de bonne humeur donne une résonance toute particulière à ce récit : derrière cet auteur talentueux et affable, souriant et un peu déjanté (un cocktail parfait !) se cache cette histoire chargée d'illusions, de tentatives, d'angoisses... et de chaussettes qui puent.

Ne cherchez plus l'origine des monstres qui peuplent l'univers de Tony : ils attendent tapis à la frontière entre Mexique et Etats-Unis.

 

Champimages témoignages

Rendez-vous à Phoenix*
Rendez-vous à Phoenix*
Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 13:59

"A celles que nous aimons et qui sont bien souvent nos premières lectrices,

A nos enfants,

A nos parents, qui ne nous ont pas dissuadés de faire ce métier de falourds,

A nos amis et leurs "quand est-ce qu'il sort ton album ?" qui durent depuis vingt ans ! Mordious... Vingt ans !!!

A Guy, qui eut le nez - et le panache - d'éditer une bande dessinée qui ne rentrait dans aucune case.

A tout l'équipe Delcourt : Thierry, toujours stoïque dans les embruns, François et tous les autres, pour leur patience et leur implication.

A Cécile, qui était là dès les premiers tomes et qui, malheureusement, n'aura pu fabriquer les derniers.

A Jean-Marc, qui calligraphia, de sa main, tant de pieds !

A tous les saltimbanques, de Molière à Guy Delorme, qui ont inspiré notre théâtre de papier et à tous ceux qui l'ont prolongé sur les planches : le théâtre des Deux Rives, la compagnie des Masques, celle des Mille chandelles et celle du Lysandore, Armutan, Le CaBaret GraBuge...

Aux lecteurs joyeux, aux fans éclairés, aux libraires chaleureux, aux festivals petits et grands !

Aux couchers de soleil sur Tatooine, à Jean-Yves, aux Beaux-Arts d'Angoulême, à la saison des cèpes et aux soirées de jeux de rôles.

Aux engueulades constructives, aux fous rires à rouler par terre,

A notre increvable curiosité,

A l'influence de nos pairs,

A l'odeur du papier.

A Lope, Armand, Eusèbe et toute la troupe. Vous allez nous manquer.

J.-L.M   A.A."

 

Repost 0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 13:19

Lieu de toutes les découvertes, la librairie Contrebandes accueille en et sur ses murs les travaux d'Olivier JOSSO HAMMEL, dont nous discuterons par ailleurs lors de notre prochain Raging Bulles.

Superbe expo en cours et rencontre avec l'auteur prévue le samedi 4 mars 2017 !

Olivier JOSSO HAMMEL à Contrebandes
Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 17:11

Mois de février plus court oblige - et Festival du Jeu de Cannes aussi, mais c'est une autre histoire ! - le Raging Bulles du mois de février aura lieu plus tôt que prévu.

Rendez-vous est donc pris le jeudi 16 février à partir de 19h30 au Local, 6 rue Corneille à Toulon.

La formule est maintenant connue : chacun apporte à boire et/ou à manger et le met en commun pendant les échanges.

Au programme ce mois-ci (et quatre titres seulement car le temps est court !) :

JOSSO HAMEL Olivier, Au travail T.2, ed. L'Association (à noter : ses oeuvres sont en cours d'accrochage à Contrebandes !).

NAVIE & MAUREL Carole, Collaboration horizontale, ed. Delcourt.

BINGLEY Will & HOPE-SMITH Anthony, Gonzo, une autobiographie graphique de Hunter S. Thompson, ed. Nada.

BOUAGGA Yasmine & MANDEL Lisa, Les nouvelles de la jungle (de Calais) T1, ed. Casterman.

 

 

 

 

Raging Bulles à Toulon le 16 février 2017
Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 08:41

(A)larme : de détresse.

Al(i)bi : le crime était presque Parfait.

(A)ménager : arranger par petites touches.

Repost 0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 11:43

Le 27 août 2016, lors de la dernière édition du Festival de BD de Solliès-Ville, j'ai eu la chance d'animer une table ronde avec BARU, président de cette 28ème édition.

Petit compte-rendu.

Vous commencez votre vie professionnelle comme professeur de sport : comment s'est fait le passage à la BD ?

B : Auteur de bande dessinée n'est pas un métier comme un autre : on ne se programme pas un plan de carrière, on « passe » à la BD. Dans un premier temps, j'ai fait de la BD pour m'amuser.

Je m'y suis mis tard, vers trente ans, en pensant que je ne savais pas dessiner. Mais une fois que j'ai décidé que c'est par la BD que j'allais dire ce que j'avais à dire, je m'y suis mis méticuleusement, étape par étape, jusqu'à trouver mon style. Certains se demandent comment je fais pour dessiner comme je dessine. En fait, je dessine comme je dessine car je ne peux pas faire autrement.

Dès mes débuts j'ai eu de la chance avec les éditeurs qui, en plus, prenaient davantage de risques à l'époque.

Je voulais prendre la parole publiquemement pour raconter la marche du monde, un peu comme ces orateurs qui montent sur des caisses dans les parcs anglais pour invectiver la foule. Et qui sont souvent agaçants mais qui peuvent parfois être aussi intéressants.

J'avais été sidéré par le génie de REISER, qui est à la BD ce que Jimmy HENDRIX est à la musique : ce qu'il faisait avait l'air tellement facile ! Donc je m'y suis mis moi aussi. Pour me rendre compte que ça ne serait pas aussi facile pour moi.

 

La musique reivent souvent dans vos bandes dessinées et jusqu'à l'affiche réalisée pour le festival. Quel est votre rapport avec elle et quel lien entretenez-vous entre elle et la BD ?

B : Ce n'est pas de la musique que je mets souvent en scène, c'est du bruit ! Car le rock 'n' roll, c'est du bruit ! Je suis tombé dedans quand j'étais petit et je ne m'en suis jamais remis. Le rock, c'est la deuxième affaire de ma vie, après ma femme, qui est la première, et la BD, qui n'arrive qu'en troisième position. Si j'avais pu faire de la musique, je n'aurais sans doute pas fait de BD, car mon penchant obsessionnel n'aurait pu s'épanouir dans deux domaines différents. On ne peut avoir qu'une obsession dans la vie.

Encore que mon penchant obsessionnel ne soit pas directement lié à la BD mais à ma volonté de m'exprimer. Cela se calme un peu avec l'âge mais quand je suis lancé sur une BD, je m'y investis à fond, entre douze et quatorze heures par jour. En écoutant du rock. Souvent le même morceau, en boucle. Une obession je vous dis !

 

Vos BD s'intéressent surtout aux « petites gens ». Pourquoi ?

B : je me mets à la BD à la fin des années 1960, alors que la BD contemporaine apparaît et rompt avec la BD traditionnelle. Elle aborde des thèmes nouveaux. J'ai découvert Tintin sur le tard : mon père, qui était plutôt à gauche, m'avait abonné à Vaillant. Pour lui, Tintin était un personnage capitaliste. Et donc quand j'ai découvert Tintin avec ma « tête d'adulte » et mon sens critique, je me suis rendu compte qu'il y avait un grand absent dans ses aventures : le peuple. Tintin incarne l'archétype du héros bourgeois pour lequel le peuple fait seulement office de décor. J'ai donc décidé de mettre ces personnages-là au premier plan. De « nous » donner le premier rôle à nous les prolos, la classe ouvrière, ma famille. J'ai voulu mettre en dessin la classe ouvrière.

 

Votre premier album complet, Quéquettes Blues (1984) , est un succès : il reçoit l'Alfred du meilleur album en langue française, à Angoulême en 1985. Comment avez-vous vécu cela ?

B : Ce succès a été une immense surprise. Guy VIDAL, qui travaillait alors chez Dargaud, ne m'avait même pas invité à participer au Festival d'Angoulême !

Le prix que Quéquettes Blues a reçu a conforté l'éditeur dans le risque qu'il avait pris à éditer cet album. Le sujet était délicat : je mettais en mots de manière assez vulgaire les préoccupations des jeunes de 16-20 ans. Genre « on ne pense qu'à ça dans le milieu industriel. »

J'avais d'abord présenté mon projet à (A Suivre). Pour bien faire, j'avais mesuré la taille d'une planche dans le magazine pour travailler à ce format-là ! Mais tout était contre moi : j'étais inconnu, je n'étais pas catholique, et mon histoire était en couleurs alors que (A Suivre) proposait des histoires en noir et blanc.

Le magazine était alors en pleine refonte. Jean-Paul MOUGIN, le rédacteur en chef, m'avait dit d'attendre que (A Suivre) passe à la couleur. Mais il ne m'a donné aucune nouvelle... Je suis alors allé voir WILLEM, à Charlie Mensuel. Mais à ce moment-là, le journal cesse de paraître. Dargaud le rachète, voit mon bouquin et le publie.

Comme je n'étais pas à Angoulême lorsque Quéquettes Blues a été primé, c'est un copain libraire à Nancy qui est venu nous annoncer la grande nouvelle. Bien sûr, personne n'y croyait ! La présentatrice télé qui annonçait le palmarès n'osait même pas dire le mot « Quéquettes ». On était coincé à l'époque !

Finalement, le problème principal de cet album n'était pas les gros mots mais davantage le personnage principal, le groupe d'adolescents. Des personnages populaires, donc vulgaires. Une catégorie de population dont on ne parlait pas en ce temps-là. Rumeurs sur le Rouergue, de Pierre CHRISTIN et Jacques TARDI, sorti en 1976, avait été une des premières BD à s'intéresser au sujet.

 

Sur vos planches, on voit des personnages qui bougent, se cognent, se castagnent : pourquoi un tel rapport au corps, au mouvement, à la violence ?

B : La représentation du corps est l'essence de la bande dessinée. Il faut que le corps, que le mouvement racontent quelque chose.

Je joue beaucoup sur les déséquilibres, qui sont l'essence de la vie ! Le seul moment où on est vraiment en équilibre, c'est quand on est à plat. Quand on est mort. Alors que la marche est une chute en avant contrôlée.

Le déséquilibre suggère la vie, le bouillonnement dans l'image fixe. Il n'y a rien de plus figé que des personnages de profil qui dialoguent.

L'exaltation du corps est l'essence de la bande dessinée. Et du rock 'n' roll. C'est une dynamique vitale. Je suis obsédé par ces questions, une obsession qui peut m'amener à écouter le même morceau pendant douze heures d'affilée !

 

Vous avez reçu le Grand Prix de Solliès-Ville en 2015. Vous avez donc dû composer l'affiche pour l'édition 2016. Comment se passe ce processus de création et d'illustration particulier ?

B : Réaliser une affiche n'a rien à voir avec la réalisation d'une bande dessinée. Une bande dessinée est une narration dans le temps, une écriture. Mes affiches préférées ne sont pas narratives : elles illustrents un instant précis, un instant qui fige un regard, un sourire, un décalage.

Lorsque je fais une affiche, je recherche la simplicité. Je suis plutôt content de celle que j'ai dessinée pour Solliès-Ville : quelque chose s'en dégage.

Je suis un maniaque du jaune, car c'est une couleur lumineuse qui fonctionne bien en aplat. Elle donne une intensité maximale au personnage qui se détache dessus et apporte la meilleure lisibilité possible à l'ensemble.

 

Vous avez connu de nombreuses formes de collaborations :

- dessinateur pour un scénariste (avec J-M THEVENET pour Les chemins de l'Amérique)

- scénariste pour un dessinateur (avec Pierre PLACE pour Le Silence de Lounès)

- « adaptateur » de romans (Pauvres Zhéros de Pierre PELOT et Canicule de Jean VAUTRIN)

- illustrateur de nouvelle (avec Jean VAUTRIN pour Monsieur Meurtre)

- co-dessinateur (avec JANO pour The Four Roses)

Comment se sont-elles déroulées ?

B : Je n'ai aucun problème pour écrire un scénario pour une autre personne. L'inverse est par contre beaucoup plus compliqué. La collaboration avec Jean-Marc THEVENET s'est mal passée. Il m'a fallu m'imposer pour pouvoir faire les choses comme je l'entendais moi.

Pour moi, le dessin prime, le scénario n'est qu'anecdotique : c'est au dessinateur d'avoir le dernier mot.

Je ne tiens pas particulièrement à être scénariste pour un autre. Quand je le suis, c'est par hasard.

Les quelques fois où j'ai pu illustrer un texte ont fait office de récréation.

L'adaptation d'un roman est beaucoup moins évidente. Il ne faut pas tomber dans le piège qui consiste à illustrer de la littérature. Il faut se réapproprier l'œuvre originale : respecter le travail du romancier et se le réapproprier. Dans les deux cas qui me concernent, je me suis prêté à l'exercice car il s'agissait de romans écrits par des amis.

 

Un mot sur vos projets en cours et à venir ?

B : Il va falloir être patient : je n'ai plus rien sorti depuis trois ans car je travaille sur un gros projet. Une sorte de troisième volet qui vient compléter deux premiers « cycles » :

- le années 60 avec Quéquettes Blues, La piscine de Micheville et Vive la classe (toutes réunies dans la très bonne intégrale Villerupt 1966)

- Les Années Spoutnik (toutes réunies dans une mauvaise intégrale !)

Ce troisième volet, Bella Ciao, m'attend depuis dix ans. Il doit aborder la question de l'intégration : quel est le prix à payer pour devenir invisible dans la société dans laquelle on débarque ? C'est le récit de soixante-dix ans d'histoire familiale pour s'intégrer jusqu'à en oublier ses racines.

On dit que les Maghrebins ne peuvent pas s'intégrer en France car ils sont trop différents, mais on disait exactement la même chose des Italiens dans les années 1920 ! L'intégration ne peut se faire que par le travail et par les mariages mixtes.

Tout cela représente pour moi un gros chantier de près de 400 pages : j'y vais donc à reculons car je sais que pour le faire aboutir, j'ai besoin d'être obsessionnel pendant trois ou quatre ans. Or, à mon âge, cela commence à me faire un peu peur !

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 21:40

Le premier Raging Bulles de 2017 aura lieu une semaine plus tôt que d'ordinaire, Festival BD d'Angoulême oblige.

Rdv est donc pris jeudi 19 janvier à partir de 19h30 au Local, 3 rue Corneille à Toulon. Chacun apporte de quoi boire ou de quoi manger est tout est mis en commun pendant que nous parlons des livres.

 

La sélection du mois :

SANDGREN Hilda-Maria, Ce qui se passe dans la forêt, ed. Ça et Là.

PICCOLI Guido & PALUMBO Giuseppe, Escobar - El Patron, ed. Dargaud.

FRISCH Benjamin, La famille Fun, ed. Ça et Là.

DE PIERPONT Philippe & LAMBE Eric, Paysage après la bataille, ed. Actes Sud - Frmk.

MICOL Hugues, Sclap, ed. Futuropolis.

HANSHAW Julian, Tim Ginger, ed. Presque Lune.

 

Bonne(s) lecture(s) !

Raging Bulles à Toulon le 19 janvier 2017
Repost 0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 07:19

"Vous n'avez pas de vrais crimes à résoudre ?

_ Pas vraiment."

Aussi Monsieur l'Agent, comme il s'appelle, peut à loisir ramener la jeune Lauren chez elle, aller chercher le chien de Mme H. qui a disparu, ou raccompagner Neil Armstrong au musée.

Ainsi en va-t-il de sa paisible et routinière existence sur la lune : pas de crime, pas d'enquête en cours, un taux de résolution des affaires de 100%. Difficile de faire mieux.

Cela laisse du temps pour apprécier les petites choses - contempler les pierres, les étoiles, le clair de Terre - même si Monsieur l'Agent semble s'y adonner avec un certain détachement. Car son monde rond, gris et poudreux semble s'étioler peu à peu.

"Mon mari et moi étions parmi les premiers à nous installer ici. (...) Nous faisions partie de l'équipe qui a conçu la colonie. Nous avions tant d'espoirs. Vivre sur la lune ! Quelle idée !

Ça paraît plutôt bête à présent."

Les gens retournent sur Terre les uns après les autres, lassés par une vie devenue monotone. L'excitation de l'aventure, du dépaysement, de l'exotisme spatial, s'est étiolée au milieu des étoiles.

"Voici mon remplaçant. Dites bonjour à l'Agent, M-663. Il sera l'un de vos habitués."

Les robots prennent le relais.

 

On connaissait Tom GAULD fan d'astronautes et de machines (You're all just jealous of my jetpack) et porté sur le silence et l'absurde (Goliath). Police lunaire lui permet de faire la parfaite synthèse de ces/ses deux centres d'intérêt.

Entre de longues plages contemplatives presque monochromes, Monsieur l'Agent voit son monde partir en morceaux. Les rêves se fanent, l'aventure spatiale s'achève et ne laisse derrière elle qu'un fonctionnaire que personne ne veut remplacer et un distributeur de café et de donuts.

La lenteur qui s'installe n'a pourtant rien de lassant ni de monotone, invitant le lecteur à s'asseoir sur une pierre cinq minutes (avec soi...) pour profiter par petites bouchées de la rituelle pâtisserie du matin sous l'œil embrumé de la planète Terre.

Dévoué, patient, songeur, Monsieur l'Agent remplit ses fonctions et ses rapports avec un zèle et une précision qui confinent à l'absurde. Si la lente robotisation qui change son quotidien pièce par pièce peut s'apparenter à une métaphore un peu trop appuyée (du monde dans lequel nous vivons), elle parvient elle aussi à une certaine forme de poésie :

"Dites bonjour à l'Agent, M-663 (...).

_ Je regrette, ce produit n'est pas en stock."

 

Un ouvrage au rythme étrange, servi par un minimalisme graphique impeccable, enveloppé par l'élégance éditoriale à laquelle 2024 nous a habitués.

Champimages dans l'espace.

Police lunaire*
Police lunaire*
Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 20:23
Nous y voilà !
Repost 0